Rime Al Sayed

Rime AL-SAYED est née en Syrie en 1971. Elle est venue en France pour finir ses études supérieures en économie. Après de très longues années de formation et plusieurs diplômes universitaires ; le destin la met sur le chemin de l’écriture. Elle a Commencé à écrire en Juin 2011 pour véhiculer des messages de paix et d’amour dans un monde où le conflit et la mort sont devenus des menus essentiels de notre quotidien. Dans sa poésie Rime elle invite l’autre à survoler sur les ailes de ses poèmes des univers lointains pour rêver et retrouver la sérénité. Elle parle couramment le français et l’anglais. L’arabe est sa langue maternelle.

Elle a publié son première recueil de poésie bilingue Arabe-Français ‘’ Quand il s’est levé dans mes yeux » aux éditions Scribe – l’Harmattan en 2013. Il a remporté le prix halaly 2013 pour les poètes arabes. Un concours de poésie organisé par le Centre culturel égyptien et l’Association Egypte aujourd’hui. Une deuxième édition de ce recueil est sortie en Avril 2014.

En 2015 sa traduction de l’arabe vers le français du recueil « Ce qui reste de la Couleur » de la poète Shoumaisa AL Nomani est sortie.

Un deuxième recueil en langue arabe « Maqamat Al Wajd » qui a vu le jour depuis quelques mois chez Dar Al Farabi au Liban, regroupant des poèmes écrits pendant ses voyages.

Plusieurs de ses poèmes ont été publiés dans des revues électroniques et dans des anthologies poétiques. Une anthologie au profit de l’UNICEF va paraitre dans quelques semaines incluant son poème «Dans les bras de l’Exil».

Après avoir fait parti des comités d’organisation et des jurys du prix de Poésie Halaly 2014 et du Prix de Poésie du Bureau culturel de l’Ambassade d’Egypte, Rime était la coordinatrice du Prix Halaly 2016 de poésie organisé par le Bureau Culturel en Hommage au fondateur défunt M. Fathy Halaly.

Rime AL-SAYED a participé à de nombreuses soirées et festivals de poésie en Arabe et en Français à Paris et ailleurs et à plusieurs salon du livre y compris le marché de poésie ; Ainsi qu’à des expositions collectives de photographie et de calligraphie arabe.

Elle est nommée depuis quelques mois par la Fédération pour la Paix Universelle ambassadeur de paix.

Elle a reçu le Prix Naji Naaman de créativité 2016 pour son poème « La Riviera de la Mort ».

Elle parle couramment le français et l’anglais. L’arabe est sa langue maternelle.

Elle vit à Paris depuis 1997 et elle travaille actuellement dans les domaines de la traduction et de l’enseignement de l’arabe tout en suivant ses passions poétiques et artistiques.